TRAFIC DE LECTURES

Accueil du site > ACCES AU NOUVEAU BLOG > La ballade de Rikers Island

La ballade de Rikers Island

Ceci n’est pas une pipe mais la tyrannie du Viagra

dimanche 9 février 2014, par Brigitte

C’est un peu la thèse que l’on peut tirer du dernier roman de Régis Jauffret, car il s’agit d’un roman - c’est bien lisible tant sur la première que sur la quatrième de couverture-, sans doute pour limiter les risques de poursuite de l’ex futur président. Roman dont on connaît l’issue aussi bien que l’intrigue et les personnages principaux.

Quel intérêt alors de s’attarder sur cette histoire ? Et bien franchement, au bout de 419 pages, je ne vois pas trop. Pourtant j’attendais que Jauffret me raconte l’histoire à sa façon, la suite de la suite 2806 en fait, mais ça ne vient pas puisque le temps du roman est circonscrit aux quelques jours passés à Rikers Island. Chaque personnage est enfermé : qui dans le scandale (l’épouse), qui dans l’incompréhension (l’inculpé), qui dans la honte (la victime) et le fil qui les relie à ce qui fut pour nous tous l’Affaire, semble ténu. Le narrateur essaie de tisser ce lien, mais il n’y parvient pas vraiment ; est-ce volontaire, est-ce raté, je ne sais pas trop mais je suis gênée. Gênée car j’attendais autre chose que des phrases certes bien envoyées, pour dire la "détestation" de qui vous savez, mais franchement ces 400 pages sont parfois bien longues tant on a l’impression que Régis Jauffret éructe sa hargne et n’a d’empathie pour aucun de ses personnages (enfin si, un peu pour Nafissatou dans les dernières pages) et manque cruellement d’humour pour nous raconter ses péripéties en Afrique, (péripéties si convenues qu’on se dit que c’est la première fois qu’il met les fesses dans un taxi-brousse). J’ai souvent pensé à cette phrase lue dans Un Chasseur de lions : "le roman ne juge pas", et là, on est en plein jugement alors que l’on attendrait de Jauffret qu’il fasse consister ses personnages et nous laisse la liberté de les juger. Bien sûr, c’est la grande faiblesse du livre qui par ailleurs est du 100% Jauffret c’est à dire brillant, implacable, cynique, saignant, dérangeant.

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette