TRAFIC DE LECTURES

Accueil du site > NOS PRÉFÉRÉS > Récit d’une insoumise.

Récit d’une insoumise.

vendredi 21 novembre 2008, par Stéphane

« Suis-je encore vivante ? ». Grisélidis Réal.

Le carnet de Grisélidis Réal, donc, tenu d’avril à août 1963, dans la prison pour femmes de Munich, en Allemagne, « plus dégueulasse des pays ». Incarcérée pour avoir caché de la drogue. À cause du « Judas », qui l’a balancée. Un témoignage saisissant, une écriture assez dépouillée mais bien vivante. G.R. pense à ses enfants, Rodwell son amant noir, dessine, peint seule dans sa cellule, va de temps à autre faire un tour au « Cinéma », sa fenêtre sur le monde extérieur. Et puis elle lit énormément, pour échapper à ce quotidien pesant, cet univers carcéral générateur d’angoisses. Elle lit Stendhal, Flaubert, Thomas Mann, Mark Twain, Nietzsche (qui l’inspire)... Elle se nourrit des personnalités singulières des femmes qu’elle côtoie, belles, étranges, inquiétantes, se demande pourquoi certaines sont enfermées, tout comme ce qu’elle fait là.

L’individu occidental et sa prétendue supériorité lui deviennent insupportables. « Le Blanc est devenu une merde impuissante (...) Je veux sortir d’ici, étudier aussitôt la philosophie des Indes, les cultures des Arabes, les rites des Noirs. Et je tâcherai d’aller sur place. » Seul le métissage sera salvateur.

« Chacun doit savoir juger ce qui lui convient, mais il n’y a à mon avis rien de plus sot et de plus mesquin que de vouloir tout juger selon son propre critère et tout ramener à ses idées – raison pour laquelle j’ai l’esprit protestant en horreur. »

Grisélidis Réal, érudite, libertaire, révoltée. Une belle découverte.

Verticales. 18,50 euros. (Édité par Yves Pagès)

(D’autres textes ont également été publiés et notamment une correspondance, chez le même éditeur)


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette